samedi 3 septembre 2016

Battle Royale

Auteur : Koushun Takami

Résumé
Dans un pays asiatique imaginaire existe un programme gouvernemental connu sous le nom de "Battle Royale". Chaque année, une classe de 3ème est choisie au hasard, emmenée sur une île coupée du monde, et les collégiens doivent combattre entre eux jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un survivant...
Ceci afin de servir d'exemple à la population, à la jeunesse particulièrement, et aussi de recueillir des statistiques sur le temps mis par le champion à éliminer ses camarades.


Mon avis
Je suppose que les lecteurs de Hunger Games auront trouvé, dans le résumé ci-dessus, une ressemblance non négligeable avec l'oeuvre de Suzanne Collins. Apparemment, celle-ci se serait directement inspirée du roman de Koushun Takami pour sa célèbre trilogie. J'ignorais ce "détail" quand j'ai commencé à lire Battle Royale dans le cadre de la LC organisée par paikanne, mais quand je l'ai appris, j'avoue que j'appréhendais un peu d'avoir comme une sensation de déjà-vu qui me poursuivrait durant toute ma lecture...

Eh bien, il n'en fut rien.

D'abord, l'entrée en matière n'est pas la même : après avoir fait (très) brièvement connaissance avec les 42 élèves (21 filles et 21 garçons) de la classe de 3e B du collège municipal de Shiroiwa, on est tout de suite plongé dans le vif du sujet. Les élèves, qui pensent être en route pour leur voyage de fin d'année, sont tout à coup endormis durant leur trajet en bus, pour se réveiller dans une salle de classe. Là, on leur explique gentiment qu'ils se trouvent prisonniers sur une île et qu'ils vont devoir s'entretuer, selon les règles du "jeu", jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un seul survivant. Pas de bling-bling, pas de paillettes, pas de show à l'Américaine : on n'est pas là pour perdre son temps en fioritures.

Du coup, j'aime autant vous dire que c'est tendu dès le début, et que jusqu'à la fin vous allez passer par tous les sentiments possibles : du stress (beaucoup de stress), de l'indignation, de la colère, de la tristesse, de la surprise... et aussi, disséminés de manière éparse, quelques moments de soulagement, de l'émotion et même, parfois, de l'amusement.

Si le roman est un pavé, l'action, elle, ne se déroule que sur quelques jours. Au cours du récit, nous avons l'occasion de percevoir les événements du point de vue de différents personnages, ce qui présente une occasion pour l'auteur de détailler un peu plus le vécu, la psychologie et les sentiments de chacun.

Les personnages, vous l'avez vu, sont nombreux, et les noms japonais peuvent s'avérer compliqués à mémoriser pour des lecteurs occidentaux. Cependant, plusieurs personnages sortent vite du lot, et s'il y en a qui m'ont paru exécrables, d'autres m'ont beaucoup plu, et particulièrement Shinji Mimura (mon préféré, sans aucune hésitation), Shôgo Kawada, Shûya Nanahara, Hiroki Sugimura et Noriko Nakagawa (oui, ça fait beaucoup, mais il y en a quand même 42 à la base).

Le contexte est d'autant plus dramatique que tous ces personnages sont des adolescents de 15 ans : si certains sont un peu plus dégourdis, d'autres n'ont même pas encore eu l'occasion de trouver le grand amour. Si la plupart sont terrorisés à l'idée de tuer ou de se faire tuer, d'autres, en revanche, se prennent réellement au jeu, pour des raisons plus ou moins valables. Toutes sortes de stratégies sont développées : certains opèrent seuls, d'autres en groupe, tous avec la quasi certitude de se prendre un coup (de revolver ou de couteau) dans le dos, avec la tension que ça implique.

L'écriture fluide et le suspense constant font que l'on ne s'ennuie pas malgré l'épaisseur du roman. Je félicite également les traducteurs qui ont fait un travail remarquable, notamment sur un passage retranscrit en langage SMS !

Sans m'étendre plus longtemps sur le sujet, je vous conseillerai simplement de découvrir cette lecture qui ne vous laissera certainement pas indifférents, en vous promettant une fin digne de ce nom !


Challenges concernés



8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ce fut une belle découverte pour moi aussi :)

      Supprimer
  2. Je te rejoins sur de nombreux éléments ; bon dimanche :-)

    RépondreSupprimer
  3. La couverture est une photo du film!
    Ce n'est pas trop redondant , d’ailleurs, quand on l'a vu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune idée, je ne l'ai pas vu :p Par contre, apparemment, ceux qui ont essayé de regarder le film après avoir lu le livre ne l'ont pas terminé, donc je suppose que le livre est mieux xD

      Supprimer
  4. Oui j"avais entendu parler de l'inspiration de Collins avec ce roman ! Je suis curieuse et ton avis m'a rappelé qu'il me tentait bien :)

    RépondreSupprimer